top of page

La gestion des émotions au quotidien

Dernière mise à jour : 7 mars 2021


Nous sommes tous traversés tout au long de notre vie par de multiples émotions comme la colère, la peur, l’angoisse ou la tristesse. L’année 2020 en est un exemple particulièrement frappant.


« La gestion des émotions » reste une thématique importante dans le développement personnel et donc, dans la maîtrise de soi parce que nous subissons nos émotions la majeure partie du temps.

C’est justement parce qu’une émotion n’a jamais eu l’opportunité d’être mise en lumière ou parce qu’elle a été contenue ou brimée, qu’elle se renforce un peu plus dans le temps.

Une autre notion non négligeable sur une émotion non exprimée est celle de sa cristallisation dans le corps sous forme de symptômes physiques voire de maladie. Vous connaissez certainement les expressions suivantes lourdes de sens telles que « J’en ai plein le dos », « J’ai un nœud à l’estomac », « J’ai la gorge nouée »…


L’avantage de détecter l’émotion dès que ses premiers indicateurs se présentent, c’est évidemment d’éviter un tsunami qui non seulement plonge notre entourage dans l’incompréhension totale puisqu’il n’y a aucune signes avant-coureur mais nous submerge et prend le contrôle de notre vie.


C'est pourquoi dans cet article sur la gestion des émotions, je vous propose d'aborder l’importance de se responsabiliser dans son mieux-être plutôt que de focaliser uniquement sur les évènements extérieurs. Je vous partagerai deux outils très simples d'utilisation : l'un pour identifier son émotion complété d'un exercice pratique pour l’accueillir voire la libérer et l'autre de «déblayage intérieur » plus en lien avec une démarche d'introspection que j’utilise depuis plusieurs années.


Mais tout d'abord, voyons en quoi notre responsabilisation dans la gestion de nos émotions est essentielle pour notre bien-être.



Se responsabiliser, pourquoi ?


Notre premier réflexe, lorsque nous sommes malheureux ou en colère est de blâmer l’autre ou les circonstances responsables de nos malheurs et de nos états d’âme au lieu de nous responsabiliser. Je ne parle pas de remettre en cause notre légitimité à nous plaindre mais plutôt de nous sensibiliser à changer notre regard sur la présence réelle de cette émotion en nous dès que les premiers symptômes d'inconfort se présentent et ainsi, sur la meilleure façon de les gérer.


Ce qui déclenche le plus souvent nos émotions incontrôlables, c’est justement de ne pas prendre le temps de s’écouter, d’écouter ses besoins, d’écouter ce qui ne résonne plus en nous ou justement, d’écouter ce qui est en résonnance avec la partie de nous et dont nous devons prendre soin en priorité.


La démarche première est l’acceptation de l’émotion aussi difficile ou douloureuse soit-elle. Lorsque j’utilise le terme « acceptation », c’est dans le sens de reconnaître cette émotion présente en nous et non pas l’accepter sans rien faire pour l’améliorer ou la guérir. Reconnaître notre légitimité à ressentir cette émotion. La ressentir pleinement, avec rage, larmes et cris s’il le faut !

De toute évidence, la nier ne fait que la renforcer voire l’amener à parasiter notre corps physique comme nous l’avons vu plus haut.

Cette reconnaissance nous permet donc de commencer à nous détacher de cette émotion, ne plus nous identifier à elle. En bref, la mettre en conscience et la libérer de notre corps littéralement !


Cette prise de conscience, cette responsabilisation est la première démarche à mettre en œuvre pour avoir une santé physique et émotionnelle au top !


Maintenant, comment identifier clairement notre émotion ? Un support tel que « La roue des émotions » peut nous y aider, complété par un exercice de pleine conscience sur les sensations corporelles liées à notre émotion. C’est ce que je vous propose d’aborder dans la partie suivante.



Comment identifier son émotion ?


Pour vous aider à identifier votre émotion et donc la nommer précisément, je vous conseille d’utiliser la roue des émotions du psychologue américain, Robert Plutchik. Ce dernier a répertorié

8 émotions de base avec leur degré d’intensité : plus l'émotion rejoint le centre, plus elle est intense. Voir l'image ci-dessous que vous pouvez aussi télécharger.

LA ROUE DES EMOTIONS DE ROBERT PLUTCHIK
Télécharger • 436KB

Une fois l’émotion reconnue, la pleine conscience dans ce cadre précis est utilisée pour calmer le mental et retourner en soi pour avoir un accès direct à notre émotion logée dans le corps. Elle facilite ainsi la prise de conscience de l’émotion par le corps et dans le corps.


Enchaînons sans plus attendre avec un petit exercice simple de "libération" de l'émotion.



Exercice pratique rapide pour retrouver ses sensations corporelles avec la pleine conscience


  • Faire un instant de calme (ou mieux, une méditation. Si vous le souhaitez, prenez connaissance d’un précédent article rédigé sur la méditation)

  • Faire de grandes respirations abdominales profondes (car nous avons toujours tendance à rester en apnée lorsque nous sommes troublés)

  • Identifier une zone d’inconfort dans son corps

  • La nommer sans la juger (je n’aime pas ressentir cela, elle me fait mal, je n’ai pas envie de la ressentir)

  • L’accueillir c’est à dire ressentir l’émotion pleinement dans son corps au lieu de la nier

  • Rester focalisé dessus jusqu’à ce qu’elle s’atténue doucement ou jusqu’à sa complète libération.


Une fois l’émotion identifiée puis accueillie, le mental calmé et les émotions apaisées, il est alors possible d’agir de manière juste si besoin est.


J’ai remarqué qu’en ce qui me concerne, mes émotions et tensions se ressentent essentiellement dans la zone du plexus solaire, haut de l’estomac ou dans le cœur parfois. Je vous assure que ça marche. Je le fais tout le temps y compris pour les émotions fortes !


Cette technique de conscientisation et de libération de l’émotion est utile pour retrouver la maîtrise de soi rapidement et simplement, il en existe une autre qui permet d’aller plus loin dans une démarche de développement personnel, toujours en toute autonomie. Je l'appelle l’outil de déblayage intérieur.



Mon outil de déblayage intérieur préféré !


L’approche précédente permet de mettre en conscience un « inconfort », de s’en libérer rapidement et simplement pour reprendre le contrôle de sa vie plutôt que de se laisser gouverner par lui.


Ici, après avoir nommé l’émotion, l’objectif est d’aller plus en profondeur en creusant la cause jusqu’à sa blessure initiale. Cette technique relève plus d’une introspection.


Il existe un outil puissant, bien connu et à portée de main mais largement sous-estimé: l’écriture.

Je ne parle pas de journal intime mais d’une technique que j’utilise pour faire émerger une problématique.

Il s’agit d'écrire sur papier (ou ordinateur) tout ce que l’on ressent dans son cœur (le cœur ne ment pas, il exprime sa vérité) sans se censurer, quitte à se répéter, en répétant la question

« Pourquoi ? » afin d'explorer toutes les réponses et faire émerger la cause originelle !


De quoi ?! Oui, voyons plutôt l'exemple d'un cas concret !



Exemple d’un cas concret pour expliquer la démarche


Question : Pourquoi suis-je angoissé quand je pense à mon avenir professionnel ?


Cheminement :

  • Pourquoi ? J’ai peur de ne pas trouver ma voie

  • Pourquoi ? Je voudrais gagner de l’argent pour ne plus être dépendant

  • Pourquoi ? Je ne voudrais pas avoir passé tous mes diplômes pour rien

  • Pourquoi ? Trouver du travail me rassurerait sur mon avenir financier

  • Pourquoi ? J’ai peur de manquer d’argent

  • Pourquoi ? J’ai peur de perdre mon confort financier

  • Pourquoi ? J’ai peur de perdre mon confort de vie

  • Pourquoi ? J’ai peur de me retrouver à la rue

  • Pourquoi ? J’ai peur de manquer de tout ce dont j’ai besoin : aspect matériel

  • Pourquoi ? Sans cet aspect matériel, j’aurais le sentiment de ne pas exister

  • Pourquoi ? J’aurais le sentiment de ne pas être vu, reconnu

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être respecté

  • Pourquoi ? J’ai besoin que l’on me voie

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’exister

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être reconnu

  • Pourquoi ? J’ai besoin que l’on me voie

  • Pourquoi ? J’ai besoin que l’on m’aime

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être aimé

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être aimé pour ce que je fais

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être aimé pour ce que je suis

  • Pourquoi ? J’ai besoin d’être respecté


Interprétation sur la cause profonde à la question « Pourquoi suis-je angoissé quand je pense à mon avenir professionnel ? » : J’ai besoin d’être aimé et respecté pour ce que je fais, pour ce que je suis.

Avec la technique des « Pourquoi ? » et en passant par son cœur, on s’aperçoit que l’on passe peu à peu d’éléments extérieurs (ne pas trouver sa voie…) à quelque chose de plus intime (J’ai besoin d’être aimé et respecté). L’angoisse sur l’avenir professionnel ici relève avant tout d'une blessure initiale sur l'estime et le respect de soi.


Intéressant non ? J’adore ce concept !



Ce qu’il faut retenir dans la gestion des émotions ici :


  • Nous faisons tous régulièrement l’expérience de multiples émotions comme la colère, la peur, l’angoisse ou la tristesse

  • Nos émotions sont subies et non maîtrisées la majeure partie du temps

  • Une émotion contenue ou brimée a besoin d’être mise en conscience avant qu’elle ne se renforce un peu plus dans le temps et se cristallise dans le corps sous forme de symptômes physiques voire de maladie

  • L’avantage de détecter rapidement l’émotion dès ses premiers signes nous aide à (re)prendre le contrôle de notre vie

  • Il est important de se responsabiliser : Notre prise de conscience est la première démarche à mettre en œuvre pour avoir une bonne santé physique et émotionnelle en prenant le temps de s’écouter et d’écouter nos besoins pour y remédier

  • « Accepter » l’émotion : c’est accepter ce qui est, reconnaître cette émotion présente en nous, l’accueillir pleinement (non pas l’accepter sans rien faire pour la guérir)

  • Pour identifier une émotion, on peut s’appuyer sur « La roue des émotions » du psychologue américain, Robert Plutchik qui répertorie 8 émotions de base avec leur degré d’intensité

  • Pour retrouver ses sensations corporelles avec la pleine conscience, on peut suivre les étapes suivantes :

* Faire un instant de calme (ou méditation)

* Faire de profondes respirations abdominales et identifier une zone d’inconfort dans son corps

* Nommer l’émotion et l’accueillir pleinement

* Focaliser dessus pour la libérer en douceur


  • Pour aller plus loin et commencer une sorte d’introspection, il existe un outil de « déblayage intérieur » : l’écriture jumelée avec la répétition des « Pourquoi ? » pour faire émerger une problématique racine.



Conclusion


J’ai souhaité ici vous partager deux techniques faciles et accessibles, avec deux niveaux différents de travail en profondeur qui m’ont permis de faire un vrai bond en avant dans mon propre cheminement.


Ces outils peuvent être assimilés aux premières étapes dans la recherche de mieux-être avec une meilleure gestion de ses émotions dans son quotidien et en toute autonomie. Ils peuvent suffire mais ne remplacent évidemment pas une aide extérieure par un thérapeute si cela était nécessaire.


La gestion des émotions est un vaste sujet et il existe d’autres approches efficaces sur lesquelles je reviendrai dans un prochain article comme l’EFT (Emotional Freedom Technique), une technique de libération des émotions créée par Gary Craig ou l’hypnose par exemple.


Encore une fois, ce que je vous partage n’engage que mon expérience personnelle. Si cela résonne en vous, n’hésitez pas à les tester dans le temps et surtout me faire un retour dans les commentaires ! Je reste disponible pour vos questions comme à chaque fois.


Bonne pratique !


Sereinement vôtre,

Corinne

Comments


bottom of page