top of page

La gestion des émotions, la peur

Dernière mise à jour : 7 mars 2021


Introduction


Dans mon tout premier article sur la gestion des émotions au quotidien, j’évoquais notre la difficulté à gérer des émotions que nous subissons, qui prennent le contrôle de notre vie et peuvent même se cristalliser dans notre corps sous forme de symptômes physiques voire de maladie. J’abordais également l’importance de l’accueil de nos émotions et de notre responsabilisation à les guérir.


En décembre dernier, j’ai eu le bonheur de découvrir et d’assister à une conférence en ligne « La semaine du pouvoir créateur » organisée par le Sommet de la conscience. Tout au long de cette semaine, de nombreux intervenants tels que François Lemay, David Laroche ou Christine Lewicki pour ne citer qu’eux, partagent leur expérience personnelle et leur regard sur différentes thématiques relatives au développement personnel et spirituel et nous donnent des clés pour améliorer notre vie voire créer la société ou le monde de demain.


Ana Sandrea, originaire du Venezuela et vivant en France depuis 15 ans, est fondatrice du Sommet de la conscience et de cette conférence en ligne. Celle-ci est thérapeute, coach intuitive et anime des ateliers en France et à l’étranger. Bien qu’elle utilise différents types de thérapies, elle maîtrise l’art de la guérison des blessures émotionnelles.


Lors de la conférence « La semaine du pouvoir créateur », cette thérapeute a souhaité aborder le sujet de « La peur ». J’ai trouvé sa vision très intéressante, profonde et novatrice. Notez que son intervention s’inscrit dans un contexte propre à l’année marquante de 2020.


Dans cet article, j’ai volontairement choisi de traiter de quelques points ciblés afin de changer votre regard sur « La peur » et vous amener à la considérer même comme une alliée dans votre cheminement.

Après avoir abordé quelques-unes des caractéristiques de la peur, je traiterai d’où elle provient et ses conséquences dans notre vie. Je vous présenterai alors une méthode découverte récemment lors de cette conférence en ligne et qui permet une libération de la peur. Comme je le fais souvent pour donner du sens et apporter une illustration concrète, je vous partagerai une expérience sur la guérison d’une peur qui m’appartenait il y a encore quelques mois à peine.



Quelques caractéristiques sur la peur


La peur qui au départ, est une émotion naturelle (de survie face à un danger), est jugée comme négative. C’est un frein à notre potentiel créateur et c’est la raison pour laquelle il est essentiel d’en sortir « pour créer nos propres règles basées sur l’amour et le respect des autres, sortir de l’enfance et être adulte » nous dit Ana Sandrea.


La peur est une émotion intéressante qui peut faire naître du discernement, un alignement avec soi-même et peut même devenir une force. Nous devons la traverser et nous en libérer de manière individuelle et collective. Mais pour ce faire, nous devons en comprendre ses origines et ses conséquences.



Origines et conséquences de la peur


Les origines de la peur sont multiples (des fausses croyances aux blessures…) et la plupart de nos peurs ne sont pas réelles : la peur de la vie, la peur de nos expériences de vie sans amour, sans confiance ou sans sentiment de sécurité par exemple.


En réalité et c’est ce qu’il est important de comprendre, c’est que la peur est réveillée ou réactivée à travers des circonstances extérieures, des situations vécues. En effet, derrière la peur, il y a une histoire ou un évènement qui l’a générée, il y a des émotions (impuissance, frustration, tristesse, auto-sabotage…), il y a des besoins non comblés (besoin de reconnaissance de nos besoins).


Subir sa peur est lourd de conséquences. Dans la peur, nous confondons le passé, le présent et le futur. Nous sommes en lutte, en fuite ou dans le déni. Nous sommes tétanisés ou sous hypnose.

Sous son contrôle, nous sommes coupés de notre ressource, empêchés de pouvoir oser faire des choses dans la vie. La peur nous limite et nous fige. Dans l’amour, elle nous met dans l’impossibilité de voir ou donner l’amour. Dans le mental, où les croyances sont générées par la peur, elle nous coupe de notre intelligence (au sens large) et de notre discernement.


Il existe de nombreuses formes de peurs dont nous pouvons en citer quelques-unes ci-après.



Exemples de peurs courantes


La peur dans la relation où l’autre ne peut pallier notre manque d’amour de nous-mêmes :

· Peur de la perte de l’autre,

· Jalousie,

· Dépendance affective…


La peur des enfants qui ont besoin d’un sentiment de sécurité pour lesquels la bienveillance, les mots rassurants génèrent de la confiance.


La peur du regard de l’autre : Qu’est-ce que je me dis quand je m’imagine quelque chose que j’aimerais faire ? Dans ce cas précis, la peur reflète souvent des croyances limitantes de notre éducation ou du sentiment de manque (je ne suis pas capable, la vie est dure, il faut travailler dur, on n’a pas les moyens, etc.)


Toutes les qualités de l’être que nous avons en nous peuvent être restaurées avec la confiance. Cette confiance a toujours été là ; nous avons perdu la connexion avec elle en soi, avec les autres et avec la vie. Elle est au fond de soi et on peut s’y connecter à tout moment. Pour ça, il faut le décider, décider de guérir.



Guérir de la peur


Pour guérir de la peur, il faut intégrer que l’inconnu fait partie du voyage de la vie. Nous devons donc prendre la responsabilité de gérer notre peur. Nous avons toujours le choix : soit de continuer à vivre sous son emprise, soit de la guérir en l’accueillant, l’observant avec bienveillance et en la traversant jusqu’à sa libération.


Le processus de guérison est loin d’être confortable car nous nous confrontons à notre vulnérabilité (regard de l’autre, soi-même) et cela demande du courage pour aller jusqu’au bout de la démarche. Néanmoins, il demeure nécessaire pour nous de traverser ces émotions de peur afin de nous en libérer.


Le point positif ici est de prendre conscience du fait que, dès qu’il y a la peur, il y a des ressources pour la traverser. A nous de les trouver en nous appuyant par exemple sur le questionnement intérieur suivant :

  • Se regarder, voir sa vérité : Qu’est-ce que j’ai besoin de guérir, de libérer ?

  • Qu’est-ce que je décide de faire ?

  • Qu’est-ce qui est juste pour moi ?

  • Qu’est-ce qui a du sens pour moi ?

  • Comment je peux mettre de la cohérence dans ma vie ?


Pour faire un travail sur ses peurs en toute autonomie et donc sur sa prise de conscience, il est important de porter son attention sur ses sensations corporelles :

  • Lorsqu’il y a contraction = présence de la peur

  • Lorsqu’il y a dilatation = présence de la confiance, de l’ouverture


Très en lien avec mon approche sur la gestion des émotions au quotidien abordée dans mon précédent article, il existe une technique très puissante de libération des peurs proposée par Ana Sandrea à l’aide d’une question précise : Qui ? Quoi ?

Voyons en quoi cette méthode est utile et originale.



Technique de libération des peurs d’Ana Sandrea


Dans cette approche particulière, pour le moins étonnante voire déstabilisante, c’est de découvrir que notre corps sait quoi faire pour guérir de sa peur ! Toutefois, seule votre expérience pourra valider définitivement ce concept.


Question : Qui en moi a peur ? :

  • Est-ce la femme en moi ? Au moment de dire cette question, il y a quelque chose qui va se réduire.

  • Quelle partie de cette femme a peur ? La peur se réduit encore sur une zone précise du corps.

Question : Quoi faire avec cette peur ?

  • L’accueillir : pour qu’elle perde sa puissance

  • L’accepter en allant de l’avant dans la confiance : être souverain.


A travers ce questionnement, on s’aperçoit ici que la peur est volontairement dissociée de la personne qui pose la question (Qui en moi a peur en moi ? Quoi faire avec cette peur ?).

Ce détachement permet une observation plus neutre et donc une ouverture à une autre façon de gérer et guérir sa peur notamment en créant une sorte de partenariat avec son propre corps. Etonnant non ?



Mon expérience de libération de la peur du regard de l’autre


Maintenant, laissez-moi vous partager une expérience personnelle un peu en lien avec cette technique de libération. En effet, j’ai moi-même travaillé plusieurs mois sur une peur somme toute assez commune : Le regard de l’autre.


Cela faisait des années que l’idée de créer mon blog de développement personnel et spirituel se faisait sentir, germait... Bien qu’aborder ces sujets avec mon entourage ne me posait aucun problème, le fait de montrer cette partie de moi (à travers mon blog et donc aux yeux de tous) me tétanisait : j’avais peur d’affronter le regard de l’autre. Alors, je partais tous azimuts dans d’autres projets intéressants mais principalement motivés par le mental et non par le cœur…


Jusqu’au jour où le désir de créer ce blog se faisait de plus en plus criant. La décision de passer à l’acte et d’en parler à mes proches a été une première étape vers ma libération. Mais c’est au moment précis de l’action, où j’ai appuyé sur la touche « Publier » que j’ai ressenti une dilatation dans le bas du ventre, littéralement ! Un peu comme si j’accouchais de quelque chose, ce qui était plus que symbolique pour moi évidemment !


Cela s’est passé en octobre 2020 soit deux mois avant que je ne prenne connaissance de cette technique de libération de la peur lors de la conférence en ligne ! Et c’est seulement à ce moment-là que j’ai réalisé que ce que j’avais vécu était effectivement une libération de ma peur ressentie dans le bas de mon corps !


Alors, même si je n’ai pas (encore) testé moi-même la technique de libération de la peur sous forme de questionnement décrite plus haut, je vous encourage à vous y ouvrir et à l’expérimenter car je suis sûre de son efficacité !



Ce qu’il faut retenir sur la gestion de la peur ici :


  • La peur est une émotion naturelle qui est souvent jugée comme négative

  • C’est un frein à notre potentiel créateur et nous devons trouver le courage de la traverser et nous en libérer de manière individuelle et collective

  • La plupart de nos peurs ne sont pas réelles et leurs origines sont multiples (des fausses croyances aux blessures…).

  • Derrière la peur, il y a une histoire ou un évènement qui l’a générée

  • Sous son contrôle, nous sommes coupés de pouvoir oser faire des choses dans la vie

  • Pour guérir de la peur, il faut intégrer que l’inconnu fait partie du voyage de la vie.

  • Nous avons toujours le choix : vivre sous son emprise ou la guérir en l’accueillant avec bienveillance

  • Le processus de guérison n’est pas confortable car nous nous confrontons à notre vulnérabilité

  • Toutefois, il y a des ressources pour la traverser comme porter son attention sur ses sensations corporelles :

*Contraction = peur

*Dilatation = confiance, ouverture

  • La technique de libération des peurs proposée par Ana Sandréa consiste en un questionnement précis :

*Qui en moi a peur ?

*Quoi faire avec cette peur ?



Conclusion


La gestion de la peur est un sujet très vaste je vous l’accorde. Ce que je souhaite vous apporter ici, c’est de vous ouvrir au fait que celle-ci peut réellement être une alliée dans votre épanouissement personnel.


La considérer comme telle vous permet de vous réconcilier avec elle et de vous impulser le courage d’aller la regarder en face avec bienveillance notamment parce qu’elle n’est pas vous.

Non, cette peur ne vous définit pas. Elle vous demande juste d’être entendue, acceptée puis guérie et donc libérée !


En un mot et j’en ai déjà parlé dans mon dernier article sur la gestion des émotions au quotidien, lorsque vous acceptez vos émotions, vos zones d’ombre, votre peur, le travail de libération est déjà partiellement entamé !


Prendre le temps d’aller au bout de la démarche notamment avec la méthode de libération de la peur que propose Ana Sandréa peut vous amener à une véritable libération ressentie dans tout votre être et donc, vous aider à reprendre confiance en vous, à reprendre le contrôle et à vous lancer dans la vie avec une énergie décuplée !


Comme à chaque fois, je vous encourage vivement à mettre cela en pratique et voir si cela suffit à mettre en lumière votre problématique et la résoudre ou décider si une aide extérieure avec un thérapeute est nécessaire.


Bonne pratique et prenez soin de vous !


Sereinement vôtre,

Corinne


Pour aller plus loin avec Ana Sandréa, fondatrice du Sommet de la conscience :

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page